Le déploiement de la fibre optique d'Orange




Annoncée depuis 2006, la fibre optique jusqu'à l'abonné n'est réservée qu'à une poignée de villes, essentiellement en région parisienne et dans les principales métropoles régionales. Néanmoins, depuis que l'ARCEP a définitivement fixé le cadre réglementaire définissant les modalités de déploiement de la fibre en zone très dense, Orange a annoncé un plan de couverture FTTH ambitieux visant à tirer de la fibre optique jusqu'à l'abonné dans 45 grandes villes françaises d'ici la fin de l'année 2012.


A l'occasion de l'extension du réseau FTTH d'Orange dans la ville de Rennes (Ille-et-Vilaine), Ariase a suivi une équipe technique de l'opérateur pour découvrir le cheminement de la fibre optique du noeud de raccordement optique (NRO) jusqu'au domicile d'un abonné.


Du central optique...

A l'instar du central téléphonique où sont centralisées les paires de cuivre du réseau commuté (RTC) et les équipements ADSL (DSLAM), le central optique regroupe les câbles de fibre optique déployés par Orange et le terminal de ligne optique (OLT).


L'Optical Link Terminal est le coeur du réseau FTTH puisque c'est le seul équipement actif en amont qui fait la jonction entre le réseau distribution locale et le réseau national de collecte optique (le "backbone") qui permet à Orange de transporter les données IP entre le réseau Internet et l'internaute.


Le réseau de fibre optique jusqu'à l’abonné d'Orange a une double particularité. D'une part, son architecture repose sur la technologie GPON (Gigabit Passive Optical Network) - point à multipoints - en opposition avec le système point à point (P2P) choisi par Free. Et d'autre part, Orange est le seul opérateur pouvant colocaliser son central optique au sein même des centraux téléphoniques ADSL qui lui appartiennent.


chambre de raccordement pour la fibre optique

Traduction : Orange n'a pas besoin de créer un central optique à part entière. Il lui suffit de transformer une partie d'un noeud de raccordement d’abonnés (ADSL) en noeud de raccordement optique (NRO). L'opération est d'ailleurs globalement simple puisqu'il est uniquement nécessaire d'ajouter un répartiteur optique accueillant les câbles de fibre, et d'installer un terminal de ligne optique qui multiplexe les signaux pour les envoyer sur le réseau.


L'OLT est une armoire informatique au sein de laquelle sont installées des cartes électroniques qui agrègent les signaux entre le central optique et le point de transit régional. Chaque carte gère deux fibres sur lesquelles sont connectés jusqu'à 128 abonnés FTTH Orange simultanément. Les deux fibres optiques (de couleur jaune) de la carte du terminal de ligne optique sont reliées au répartiteur optique où arrivent toutes les fibres optiques du réseau de desserte optique locale déployé par Orange autour du central.


...au point d'éclatement et d'épissure

Le répartiteur permet de trier les fibres provenant des fourreaux qui passent par le sous-sol du central et qui irriguent tout le réseau en aval. Un câble optique (contenant généralement 48, 72 ou 144 fibres optiques selon les zones) est tiré du central jusqu’au premier sous-répartiteur optique situé à l'échelle d'un quartier (le Point de Distribution de Zone - PDZ).


A partir de ce premier niveau, le réseau est divisé pour alimenter les Points d’Eclatement et d'Epissure (PEE), localisés dans les chambres de rue, qui irriguent un ensemble d’immeubles. Le réseau est alors subdivisé une nouvelle fois à partir du Point d'Eclatement pour raccorder les Points de Mutualisation d’Immeuble (PMI) de la zone.


L'architecture GPON utilisée par Orange ressemble au final à un arbre :


  • le tronc = le terminal de ligne optique (le central)
  • les branches = les points de distribution de zone (quartier)
  • les sous-branches = les points d'éclatement (rue)
  • les tiges = les points de mutualisation (immeuble)
  • les feuilles = les boitiers de terminaison optique (abonnés)

Orange déploie donc un câble optique dans lequel chaque fibre optique (d'une capacité de 2,5 Gbit/s en full duxplex) dessert au final et au maximum 64 abonnés. Le débit est donc partagé et mutualisé. Les abonnés FTTH d'Orange téléchargeront-ils moins vite que les autres internautes ?


Absolument pas selon Pascal Dubois, le chef de projet Fibre Optique d'Orange sur Rennes, qui précise que le "réseau est géré en amont (au niveau du NRO) en fonction des besoins". Concrètement, en cas de saturation d'une fibre (tous les abonnés Orange d'un même immeuble téléchargent en même temps), Orange peut doubler la bande passante en basculant par exemple 32 des 64 abonnés sur une nouvelle carte installée dans le terminal de ligne optique.




Test ADSL et Fibre

Pas de ligne ? Numéro non reconnu ?