NRA et NRA-MED (NRA-ZO) : tout savoir sur le noeud de raccordement ADSL




Le NRA (Noeud de Raccordement d'Abonnés) est un local technique sécurisé dont on entend souvent parler mais qui reste à la fois mystérieux et méconnu. Ariase a eu le privilège de pénétrer au coeur d'un répartiteur (central téléphonique) et vous détaille le fonctionnement du réseau qui relie les abonnés ADSL à leurs opérateurs. Une occasion de mieux comprendre la complexité qui se cache derrière les offres ADSL des FAI.


Le NRA au coeur du réseau ADSL

NRA

Les NRA sont les centraux téléphoniques de l'opérateur historique France Télécom dans lesquels aboutissent les lignes téléphoniques des abonnés, quel que soit leur fournisseur d'accès ADSL. Aujourd'hui, on dénombre près de 15000 NRA répartis sur tout le territoire. Autrefois uniquement dédiés au réseau téléphonique commuté (RTC), les NRA (ou centraux téléphoniques) sont aujourd'hui essentiels pour les 20 millions d'internautes abonnés à l'ADSL.


Le répartiteur est un élément important du NRA puisque c'est ici que va se faire le premier tri entre les lignes des abonnés. Les paires de cuivre sont effet triées pour être ensuite relayées vers les DSLAM respectifs des fournisseurs d'accès correspondant à chaque ligne.


La paire de cuivre

Les technologies xDSL, comme l'ADSL ou le ReADSL, reposent toutes sur l'utilisation de la paire de cuivre utilisée pour le téléphone. C'est sur ce fil de cuivre, qui court de votre prise murale jusqu'aux installations de France Télécom, que sont transportés les signaux de voix (téléphonie) et les signaux numériques IP (Internet).


Votre ligne est ainsi reliée de chez vous jusqu'à une armoire de rue, puis à un sous-répartiteur qui regroupe plusieurs lignes d'un même quartier par exemple. Elle repart ensuite jusqu'au répartiteur France Télécom où sont connectées toutes les paires de cuivre de la zone. Cette portion de réseau est plus communément appelée "boucle locale".



Le DSLAM

Le NRA se compose lui-même de plusieurs parties. On trouve d'un côté le répartiteur France Télécom, et de l'autre, une salle de dégroupage où sont réunis tous les DSLAM des fournisseurs d'accès alternatifs.


Qu'est-ce qu'un DSLAM ? Cette abréviation pour Digital Subscriber Line Access Multiplexer cache en réalité un équipement faisant la liaison entre les lignes des abonnés et le réseau de l'opérateur auquel il appartient (l'opérateur historique France Télécom ou un opérateur alternatif).


Le DSLAM est donc le premier équipement ADSL géré par un autre FAI que France Télécom (dans le cas du dégroupage), et sur lequel les opérateurs gèrent le trafic Voix et le trafic Data (données IP). Le DSLAM est également la dernière étape pour la paire de cuivre. Une fois concentrées dans les DSLAM, les données sont réparties par type (voix, internet, tv) puis expédiées sur le réseau de fibre optique du fournisseur pour être acheminées vers ses propres infrastructures.


Chaque FAI a une relation privilégiée avec un ou plusieurs fabriquants de DSLAM. France Télécom travaille plutôt avec ECI et Alcatel-Lucent, alors que SFR utilise des DSLAM Huawei.


La salle de dégroupage

La salle de dégroupage est un local réservé aux opérateurs alternatifs dans lequel on retrouve tous les DSLAM de chaque opérateur. C'est ici que les techniciens raccordent vos lignes de cuivre au réseau de fibre optique de votre opérateur. Au coeur de cette salle sécurisée, on retrouve des armoires électriques, des batteries de secours, des jarretières reliant les lignes aux DSLAM, et enfin des câbles de fibre optique qui connectent les DSLAM aux différents réseaux mis en place par SFR, Free, BouyguesTélécom, OVH , Completel ou encore les réseaux d'initiative publique.


répartiteur ADSL

Les salles de dégroupage sont en général de petite dimension et compte-tenu de la densité des matériels électriques, la température ambiante avoisine les 30°. C'est plutôt dans une ambiance chaleureuse que les techniciens "concurrents" travaillent parfois dans une même salle de dégroupage ! La guerre de l'ADSL et du dégroupage s'arrête donc à l'entrée des salles de dégroupage où chaque équipe s'occupe consciencieusement de ses paires de cuivre respectives.


A noter que France Télécom est légalement obligé de mettre à la disposition des opérateurs une salle de dégroupage par NRA dégroupé. C'est parfois une cause de tension car la taille de certains NRA ne permet pas toujours facilement l'installation d'une salle de dégroupage à proximité. Par ailleurs, toutes les relations entre l'opérateur historique et les FAI alternatifs sont strictement codifiées noir sur blanc sur des contrats dûment vérifiés par l'Autorité de Régulation des Télécoms (ARCEP).


Chaque prestation est contractualisée (et facturée) pour définir clairement les responsabilités de chaque partie. Pour un opérateur alternatif, il faut par exemple envisager un budget annuel supérieur au million d'euros rien que pour les badges d'accès aux salles de dégroupage sur l'ensemble du territoire. On comprend que certains opérateurs, dans ces conditions, se plaignent de problèmes récurrents d'accès aux salles en raison de badges défectueux !


Les accès aux NRA et salles de dégroupage sont strictement règlementés. Les noeuds de raccordement sont bien souvent situées dans les sous-sols de locaux France Télécom ou bien à proximité immédiate. Bref, si après avoir effectué un test ADSL, vous constatez que votre ligne est longue de 300 mètres... vous devez certainement habiter à proximité d'un bâtiment France Télécom abritant un central téléphonique !




Test ADSL et Fibre

Pas de ligne ? Numéro non reconnu ?