4G : quelle réalité derrière les annonces ?


Ecrit par François Le Gall le jeudi 31 janvier 2013 à 09h46


Actualités 3G / 4G

La 4G, diminutif de 4ème Génération des standards pour la téléphonie mobile, qui doit permettre le haut débit de l'internet mobile, est mise sur le devant de la scène par les opérateurs de téléphonie mobile depuis fin 2012.


Les opérateurs multiplient les annonces et les publicités pour essayer de se démarquer de la concurrence sur cette technologie alors que les premiers forfaits, terminaux et zones de couverture commencent tout juste à apparaître. La 4G représente pour eux le prochain moteur de croissance sur le marché de la téléphonie mobile déstabilisé par les offres low-cost.

Les Opérateurs communiquent et développent leur réseau
La 4G occupe le coeur de la communication actuelle de SFR, Orange et Bouygues Télécom chacun multipliant ainsi les publicités, les annonces et les évènements sur l'arrivée de la 4G auprès des consommateurs. Orange et SFR se marquent de près sur le sujet et ont occupé le devant de la scène médiatique du début de la semaine.

4G C'est Orange qui a ouvert le bal sur le sujet en annonçant lundi 28 janvier l'ouverture de la 4G à Paris Opéra au travers d'un communiqué intitulé "aujourd’hui, la 4G démarre à Paris avec Orange".
Seul le quartier Opéra est couvert pour le moment avec l'activation de 8 antennes au total. Il faudra attendre fin 2013 avant que l'intégralité de la capitale ne soit couverte sans qu'aucun calendrier précis de déploiement ne soit dévoilé par ma marque.
En plus de cette annonce, Orange en profite pour mettre en avant l'extension de son réseau 4G à 10 nouvelles villes à partir du 4 avril 2013 (Bordeaux, La Rochelle, Chartres, Orléans, Dunkerque, Nancy, Metz, Clermont-Ferrand, Grenoble et Annecy). Celles-ci portent le total à 15 villes couvertes puisque les villes de Lille, Nantes, Lyon et Marseille avaient déjà été lancées auparavant.

4G L'opérateur historique a devancé d'une journée l'évènement de la semaine prévu par son concurrent SFR. En effet, ce dernier a organisé une conférence sur le parvis de la Défense, à côté de Paris, animée par Stéphane Roussel, son PDG, mardi 29 janvier pour le lancement du réseau 4G à la Défense (soit les territoires de Courbevoie, Nanterre et Puteaux). Le quartier d'affaire, dans lequel se trouve le siège de la filiale de Vivendi, accueille donc les premières antennes de l'opérateur en région parisienne.
Cependant, aucun calendrier sur l'installation d'antenne sur la ville de Paris n'a été annoncé et la date de fin 2013 semble également envisagée. SFR proposait déjà la 4G à Lyon et à Montpellier et a communiqué sur un développement futur à Lille, Marseille, Toulouse et Strasbourg pour le premier semestre de cette année.

4G Du côté de Bouygues Télécom c'est au travers de publicités vidéos et surtout sur son site internet que la feuille de route est publiée. La ville de Lyon est déjà couverte et Bouygues se prépare à étendre la technologie à l'ensemble du territoire national en 2013, sans donner plus de précision. Bouygues attend surtout le retour de l'Arcep prévu en mars 2013 sur l'utilisation de sa bande de fréquence 2G de 1800 MHz pour accélérer son développement, s'attirant au passage les foudres des trois autres opérateurs.
Cette décision pourrait avoir de grandes répercutions car si le feu vert est donné par l'autorité, les autres opérateurs ont annoncé qu'ils demanderont le remboursement partiel des sommes engagées pour acquérir les licences 4G en 2011.

Enfin, Free reste discret et ne communique pas sur le sujet. Xavier Niel, co-fondateur d’Iliad indiquait récemment à propos de la 4G que « les pré-annonces ne servent à rien. Nous la lancerons le jour de l’annonce ».

Cette bataille de communication sur la couverture et les ouvertures de nouvelles zones ne doit cependant pas occulter les chiffres réels du nombre d'antennes publiés au 1er janvier 2013 par l'Agence nationale des fréquences (ANFR).
En effet, selon son rapport Orange disposait de 403 antennes-relais 4G, SFR de 207, Bouygues Telecom de 228 et Free de 14. Les 4 opérateurs ont encore du chemin à parcourir pour atteindre les chiffres fixés lors de l'attribution des licences 4G à savoir de couvrir 25% de la population à la fin de 2015, 60% à fin 2019 et 75% à la fin de 2023 pour les fréquences 2,6 Ghz.

Les efforts produits par Orange, SFR et Bouygues pour promouvoir leur réseau et leur couverture sont d'autant plus paradoxaux que les offres proposées et le taux d'équipement des utilisateurs en terminaux sont encore loin d'être au rendez-vous.

Des offres pour les consommateurs encore à créer et peu de terminaux
Les terminaux compatibles 4G ne sont pas très répandus en France. Les consommateurs devront pourtant s'équiper de téléphones compatibles pour accéder à la technologie. L'offre de téléphones n'est pas très développée et il existe une dizaine de modèles commercialisés sur le marché et proposés par 6 constructeurs : Samsung, HTC, Motorola, LG, Sony et Nokia. Les opérateurs ne disposent pas de l'ensemble de ces modèles et proposent en moyenne environ 5 terminaux récents dans leur boutique respective. Le prix assez élevé de ces terminaux, malgré les subventions proposées par les opérateurs, constituent un frein à leur développement.

A l'instar des terminaux, les forfaits sont également peu développés. Aujourd'hui seul SFR propose la 4G aux particuliers sur la base de forfaits déjà existants. Elle est disponible sur demande d'activation dans le forfait Carré à partir de 29,99€ / mois, ce forfait se déclinant en trois plafonds de data à 2, 4 ou 6 Go.
Dans un premier temps, SFR complétera ses offres avec un plafond plus élevé pour la data (plusieurs Go pour environ 10 euros) pour profiter pleinement de la 4G. SFR n'a cependant pas encore communiqué sur ce plafond ni sur ces prix car il attend de voir les offres proposées par ses concurrents avant de se positionner.
Enfin, L'opérateur ne semble pas vouloir proposer des forfaits spécifiques 4G avant d'atteindre d'une couverture nationale avec son réseau.

Du côté d'Orange la 4G est pour le moment réservée aux clients professionnels et la date du 4 avril 2013 a été retenue pour annoncer les offres grand public. Peu d'informations ont filtré sur les prix pratiqués par Orange mais Gervais Pellissier le Directeur Général Délégué de France Télécom a donné quelques pistes dans un entretien aux Echos "Nous n'avons pas encore figé nos tarifs pour la France, mais cela pourrait être 5 ou 10 euros de plus. Nous sommes convaincus que les clients sont prêts à payer un petit premium à partir du moment où la couverture et la qualité sont au rendez-vous."

Enfin, Bouygues Télécom offre la 4G à ses clients entreprise jusqu'à fin 2013 mais n'a pas encore communiqué sur ses futures offres aux particuliers.

Le retard pris dans le déploiement de la couverture du réseau par Bouygues Télécom et par Free explique sans doute que ces deux opérateurs n'aient pas encore communiqué sur des forfaits 4G même si eux aussi doivent sans doute préparer leurs offres pour ne pas passer à côté de ce marché présenté comme stratégique par tous les opérateurs.


Ceux-ci espèrent retrouver dans la commercialisation d'offres 4G avec un prix plus élevé une partie de leur marge perdue dans la vague low-cost lancée il y a un an avec l'arrivée de Free Mobile sur le marché. Gervais Pellissier a d'ailleurs confirmé ce fait en déclarant "Les opérateurs ont compris qu'il fallait préserver la valeur de l'Internet mobile"et en ajoutant "il parait essentiel que les opérateurs, qui ont massivement investi dans la 4G, la commercialisent à sa juste valeur."

La 4G aura également une incidence sur l'avenir des MVNO sur le marché. Ces derniers ayant également été affectés par les changements sur le marché de la téléphonie mobile. En effet, selon une décision de l'ARCEP "ceux-ci doivent être en mesure de proposer leurs offres dans les mêmes délais que leurs hôtes". Les MVNO devraient donc également commercialiser des forfaits 4G dans un avenir assez proche.

Nul doute que la 4G n'a pas fini de faire parler d'elle cette année.




Ajoutez votre commentaire


Test ADSL et Fibre

Pas de ligne ? Numéro non reconnu ?


Lettre d'information