La 4G dans le métro de Rennes dès mi-2017, avant même le métro parisien !


Ecrit par Didier Latil le lundi 10 octobre 2016 à 09h00


Actualités Réseaux 3G / 4G

Rennes Métropole, Keolis et TDF ont conclu un accord afin d'équiper l'ensemble des tunnels de la ligne A du métro de la ville en 3G/4G dès le milieu d'année prochaine, alors que pour Paris, l'ensemble des lignes seront couvertes au mieux fin 2017.


La 4G dans le métro rennais en 2017

Après l'annonce pour Rennes d'être une ville pilote pour tester la 5G en collaboration avec b<>com, c'est à nouveau la préfecture d'Ille-et-Vilaine qui vient de prouver qu'elle n'est pas le berceau des télécoms français pour rien ! La métropole bretonne vient d'annoncer être pionnière aussi pour l'installation d'un réseau mobile 3G/4G dès juin-2017 sur la ligne A de son métro automatique (9,4 km et 15 stations). Il sera également disponible à l'ouverture de la seconde ligne B en construction, et prévue pour 2020 (13 kilomètres et 15 stations).

Les travaux demanderont un investissement de 10 millions d'euros pour les 2 lignes, qui seront pris en charge intégralement par TDF, opérateur d'infrastructure neutre. Il gérera ensuite la présence des 4 opérateurs Orange, Free, SFR et Bouygues Telecom, sur le réseau mobile déployé dans les tunnels, les stations et le long des lignes.

La Bretagne reste historiquement la Terre des Télécoms, ayant vu naissance du Minitel et de nombreuses technologies de ce secteur, siège également de la Cité des Télécoms dans les Côtes-d'Armor, et une fois encore, Rennes devancera Paris et les autres villes travaillant sur des projets similaires.

4G dans le métro rennais

Envoyer un SMS, regarder un film, surfer... dans une rame de métro dès juin 2017

Les usagers qui empruntent les transports en commun ont de plus en plus besoin de pouvoir utiliser leur smartphone pour regarder un film ou écouter de la musique en streaming, communiquer via SMS ou sur les réseaux sociaux, prévenir le foyer d'un retard... Avec l'explosion de la consommation d'internet mobile comme constatée depuis plusieurs trimestres par l'ARCEP, pouvoir profiter en permanence de la 4G, et pas uniquement lorsque la rame se déplace en surface, est une demande de tous les voyageurs.

Pour information, Paris ne profitera elle d'un réseau 3G/4G sur son métro au mieux que vers la fin 2017. Toulouse a également annoncé le déploiement par la société en charge des transports urbains (Tisseo), de la 4G dans le métro (ligne A) de la ville rose, un projet prévu pour le moment en septembre 2017, suite à un accord avec les 4 opérateurs télécoms majeurs. Là aussi, le budget est estimé à 10 millions d'euros, avec en plus une mise en place du WiFi sur les bus (Linéo) et le tramway de la ville.

4G dans le métro parisien

4G dans le métro à Paris ? Pas avant fin 2017... au mieux !

Pour la RATP et le métro parisien, si dans de nombreuses stations, il est possible de capter en 3G (parfois 4G), une fois dans les transports, les connexions sont de qualités médiocres, quand on a la chance d'avoir du réseau (très rarement dans les tunnels !). Les difficultés techniques ont déjà suscité de gros retards, puisque la couverture était prévue initialement pour 2015. Le 13 juillet dernier, Sébastien SORIANO, Président de l’ARCEP et Elisabeth BORNE, PDG de la RATP, avait signé une déclaration commune d’intention, afin de conjuguer leurs efforts pour apporter une connectivité mobile de qualité dans l’ensemble du réseau souterrain de la RATP, trains compris.

A ce jour, seules les lignes 1 du métro parisien, A et B du RER, sont couvertes en grande partie, mais le nouvel objectif est à présent un réseau 3G/4G de l’ensemble des lignes pour fin 2017. Pour exemple, selon l'ARCEP, la ligne 1 est couverte à 59%, le RER A est couvert à plus de 56% par trois opérateur (Orange, SFR et Bouygues) et le RER B à plus de 72% par ces mêmes opérateurs (Free est à peine à 52%).

Pour l'acteur des réseaux ferroviaires français, la SNCF, les difficultés techniques et la rentabilité des installations pour apporter Internet et/ou la 3G/4G dans les trains, TER et TGV restent là encore un vrai défi. Cependant, la direction a affirmé que d'ici 2020, 90% des trains quotidiens (Transiliens, RER, trains régionaux) seront couverts en 4G et en WiFi d'ici mi-2019. Pour le moment, ce sont 176 gares (dont 60 en Ile-de-France), qui proposent des « hotspots » Wi-Fi gratuit et illimité, avec selon le planning 345 qui seront concernées d'ici à la fin 2017. Pour les trains, c'est plus compliqué, surtout pour les TGV qui roulent à plus de 300 Km/h, avec la réception 4G qui sera ensuite transformée en WiFi et diffuser dans toutes les rames, pour permettre les accès à Internet en mobilité...

Vers une hausse des incivilités sonores ?


Ligne A du métro à RennesUne vraie question qui va se poser viendra de l'utilisation abusive des smartphones dans les métros, TER et RER. Déjà dans les trains et TGV, rares sont les voyageurs a respecter la consigne d'utiliser en conversation son téléphone uniquement sur les zones dédiées, entre les rames.

Entendre son voisin hurler ou énumérer sa vie personnelle n'est pas des plus agréable et cause déjà de nombreux incidents. On imagine déjà la cacophonie dans les rames de métro et les problèmes de respect des autres voyageurs, les français étant tristement célèbres pour leur indiscipline et leur manque de civisme. Bref, les problèmes techniques pourraient devenir mineurs face aux problèmes de comportements, et il va falloir faire un énorme travail de pédagogie pour 'dresser' les usagers...
D'ores et déjà, il semblerait que les responsables de la ville de Rennes prévoient un appel à la courtoisie, avec une signalétique pour « inviter à un usage du téléphone courtois vis-à-vis des autres usagers » .


Qualité de service et exposition aux ondes : un sujet très chaud...


L'ARCEP contrôle la qualité et les services mobiles dans les transportsL'ARCEP a également réalisé des mesures de qualité de services en 2G, 3G et 4G en 2016 sur l’ensemble des lignes du métro parisien : plus 27 000 tests des services voix/SMS et de données. Les résultats seront publiés début 2017, mais une autre question qui refait surface concerne l'émission d'ondes électromagnétiques et leurs effets sur les passagers.

D'ailleurs, à Rennes, Emmanuel Couet (président de Rennes Métropole) a confirmé à nos confères de Ouest France avoir « missionné un organisme indépendant et agréé pour procéder à des mesures très régulières." TDF se serait engagé à ce que le niveau des champs d'exposition du public soit inférieur à 1 volt/mètre alors que la limite de ce seuil se situe à 28 volt/mètre.




Ajoutez votre commentaire


Test ADSL et Fibre

Pas de ligne ? Numéro non reconnu ?


Lettre d'information