Le CPL Outdoor a-t-il de l'avenir ?


Ecrit par François Le Gall le lundi 18 août 2008 à 19h07


Actualités Technologies Réseaux

ADSL, WiMax, satellite, fibre optique... et le CPL là-dedans ? Le haut débit transitant sur le réseau électrique est-il définitivement court-circuité ?


transformateur EDF Le Courant Porteur en Ligne (CPL) est fréquemment associé uniquement aux adapteurs CPL "Indoor" qui permettent d'utiliser les prises électriques du domicile pour créer un réseau haut débit local. Les spécialistes ne manqueront pas de rappeler que le CPL existe également en version "Outdoor". Et ils auront raison !

Moins médiatisé et moins commercialisé, le CPL Outdoor est une des technologies réseau les moins connues du grand public. Pourtant, des milliers d'internautes français se connectent quotidiennement à Internet haut débit via leurs prises électriques, notamment grâce à Edev CPL, la filiale haut débit d'EDF.

Après des phases d'expérimentations menées ici et là, le CPL Outdoor est opérationnel dans plusieurs villes comme Nantes, Angers ou encore Dunkerque. Dans ces collectivités, le CPL a été choisi pour équiper des logements sociaux. Avec un abonnement mensuel de 15€, les habitants profitent d'une connexion 1 Mbits/seconde et des appels Voix sur IP illimités vers les postes fixes en France depuis n'importe quelle prise électrique de leur appartement. Réducteur de fracture numérique "sociale", le CPL peut également couvrir les zones blanches comme à Castres-Mazamet.

Techniquement, comment cela fonctionne-t-il ? La technologie CPL Outdoor s’apparente à une "boucle locale". Il s’agit de faire circuler les informations numériques (voix, données IP…) entre le transformateur électrique du quartier et les logements en se servant du réseau EDF.

Les données IP transitent par fibre optique du réseau d'un fournisseur d'accès jusqu'au transformateur EDF spécialement équipé, puis sont relayées jusqu'au domicile de l'abonné par le réseau basse tension. L'internaute doit alors connecter un modem CPL directement sur une prise électrique puis relier son ordinateur au modem via un câble Ethernet ou par Wi-Fi.

Pourquoi le CPL Outdoor reste-il aussi confidentiel ? Le principal avantage du CPL est bien entendu de s'appuyer sur un réseau dense déjà en place, et donc d'éviter les coûteux travaux de génie civil et de raccordement. L'aspect financier du CPL est également séduisant, si l'on considère qu'un transformateur peut être équipé pour un investissement situé entre 3000 et 8000€.

Néanmoins, le CPL Outdoor n'est pas exempt de défauts. En premier lieu, si les réseaux électriques couvrent tout le territoire, ils ne sont pas tous homogènes, ce qui ne favorise pas la mise en oeuvre d'un système performant, simple et capable de fournir un service CPL de qualité. Autre difficulté majeure, la question des débits. A l'heure actuelle, le CPL nécessite l'utilisation de répéteurs pour assurer une connexion de quelques mégabits aux abonnés.

Enfin, le CPL est tributaire des réseaux de collecte, notamment en fibre optique. A l'heure où le déploiement FTTH (fibre jusqu'à l'abonné) et le dégroupage (fibre jusqu'au NRA) sont prioritaires, les opérateurs ne sont sans doute pas intéressés pour connecter leur réseaux aux transformateurs EDF. Une concurrence fibre optique/CPL s'est ainsi immiscée dans le département des Hauts-de-Seine (92), où le SIPPEREC a accordé une délégation de service public en 2006 à Mecelec (spécialisé dans le CPL), puis en 2007 à LD Collectivités pour la mise en place d'un réseau FTTH.


Le CPL Outdoor a-t-il de l'avenir ou bien est-il condamné à rester une technologie marginale ? Le Courant Porteur en Ligne n'a pas vocation à concurrencer l'ADSL, ni le WiMax, et encore moins la fibre optique. A défaut d'être utilisé comme technologie principale, le CPL peut néanmoins se révéler être un complément judicieux dans certains cas. A défaut de fibrer tout le monde, ou encore tous les sous-répartiteurs, pourquoi ne pas fibrer un certain nombre de transformateurs et utiliser la capillarité du réseau EDF pour irriguer un quartier ou une zone grise ? De nombreux internautes ne demandent qu'à profiter du haut débit à 220 Volts, et de préférence en solaire ou en éolien...





Vos commentaires

prououou - le mardi 19 août 2008 à 00h26

Citation :
Après des phases d'expérimentations menées ici et là, le CPL Outdoor est opérationnel dans plusieurs villes comme Nantes, Angers ou encore Dunkerque. Dans ces collectivités, le CPL a été choisi pour équiper des logements sociaux. Avec un abonnement mensuel de 15€, les habitants profitent d'une connexion 1 Mbits/seconde et des appels Voix sur IP illimités vers les postes fixes en France depuis n'importe quelle prise électrique de leur appartement.
Va falloir que je recycle mes notions d'anglais manifestement d'un autre âge, à moins que ce ne soit celles d'architecture.

En ces temps là, Outdoor signifiait "en dehors". Dans ce qui nous est décrit ici, les prises des appartements seraient donc posées à l'extérieur: pas facile pour brancher le moulin à café au saut du lit, ou le grille pain, ou même la TV. ... Mélanger Outdoor et Indoor ne me semble pas pertinent

Citation :
Néanmoins, le CPL Outdoor n'est pas exempt de défauts. En premier lieu, si les réseaux électriques couvrent tout le territoire, ils ne sont pas tous homogènes, ce qui ne favorise pas la mise en oeuvre d'un système performant, simple et capable de fournir un service CPL de qualité. Autre difficulté majeure, la question des débits. A l'heure actuelle, le CPL nécessite l'utilisation de répéteurs pour assurer une connexion de quelques mégabits aux abonnés.
Et autre défaut et non des moindres: le CPL, qu'il soit Indoor ou Outdoor est le support d'un débit mutualisé.
Si en ADSL les abonnés reçoivent leur connexion chacun sur une paire de cuivre (soit au total 2xN fils pour N abonnés, les clients par CPL reçoivent leur connexion par 2 fils (au mieux 4 fils en triphasé) pour tout le monde, soit au total 2 (ou 4) fils pour N abonnés.

Cela restera donc du "haut-débit social", d'où son déploiement dans les logements sociaux caractérisés par une forte densité (et dont des lignes de distribution relativement courtes)!

Citation :
De nombreux internautes ne demandent qu'à profiter du haut débit à 220 Volts, et de préférence en solaire ou en éolien...
... du CPL supporté par le vent ! ...une idée à creuser ;)

cvincent81 - le mardi 19 août 2008 à 09h54

Pourquoi utiliser un mot anglais lorsqu'il existe un mot français ?

Ne sera-t-il pas plus juridieux d'utiliser "CPL intérieur" au lieu de "CPL Indoor" ? et " CPL extérieur " pour "CPL Outdoor" ?

François - le mardi 19 août 2008 à 12h05

@Prououou
concernant le Outdoor/Indoor dans les HLM, je parle bien de Outdoor car il y a une utilisation directe de la boucle locale électrique avant que les habitants puissent se connecter à Internet depuis leur prise murale. En clair, EDF utilise son transformateur comme "central" et envoie le signal vers des répéteurs jusqu'aux immeubles. Au pied de l'immeuble, un répéteur renvoie le signal vers chaque appartement en passant toujours par le réseau EDF. On parle de CPL Indoor que dans le cas où le CPL est utilisé uniquement dans le cadre d'un réseau LAN. La notion d'Outdoor s'étend à la boucle locale.

Citation :
Pourquoi utiliser un mot anglais lorsqu'il existe un mot français ?
Tout simplement par ce que l'appelation usuelle est celle là ! Si l'on devait strictement appliquer ta logique, on n'utiliserait pas non plus le terme d'ADSL. La terminologie française officielle a sélectionné l'expression «raccordement numérique asymétrique» (RNA) ou «liaison numérique à débit asymétrique» (LNDA) !

Jean-Pierre39 - le mardi 19 août 2008 à 12h54

La technologie des Courants Porteurs en Ligne (CPL, PLC) permet de transmettre des informations numériques (Internet, Vidéos, Données, Audio) sur le réseau électrique existant.

Nous vous proposons de découvrir sur CPL France cette formidable technologie et l'étendue de ses possibilités.

2 aspects de la technologie à distinguer.

Le courant porteur haut débit résidentiel, dit «Indoor», est utilisé sur le réseau électrique privé de l'abonné, et permet la mise en place d'un réseau informatique local (LAN) personnel ou professionnel.

En « Outdoor » le courant porteur en ligne profite de l'infrastructure électrique moyenne et basse tension publique pour desservir un accès haut débit à Internet ou offrir d'autres applications distantes.

Plus d'information: Rendez-vous directement sur le site CPL-FRANCE Courants Porteurs en Ligne

StéfanLD - le lundi 8 septembre 2008 à 13h00

Citation :
Pourtant, des milliers d'internautes français se connectent quotidiennement à Internet haut débit via leurs prises électriques

Il y a vraiment plusieurs milliers d'abonnés CPL en France ? Je pensais qu'il y en avait beaucoup moins. Est-ce que vous avez des chiffres précis (étude ou autre) permettant d'en savoir plus ?

+ complément sur outdoor/indoor pour Prouou (bien que déjà répondu) :
terminologie communément admise :
- outdoor = réseau de desserte, depuis un point de collecte jusqu'à la prise chez l'habitant
- indoor = réseau à l'intérieur du logement de l'habitant, reliant ses équipements à son point de desserte

François - le lundi 8 septembre 2008 à 16h10

Bonjour Stéphane,

A partir de 2000, on est plusieurs milliers ! Plus sérieusement, je n'ai pas de décompte officiel mais en recoupant plusieurs informations, je pense que l'estimation est dans le bon ordre de grandeur.

CPL à angers (quartier La Roseraie) = 585 logements
CPL à Nantes (Malakoff) : 1385 logements (4150 habitants)
CPL à Dunkerque (HLM) : 800 logements
CPL à Poitiers : 2500 logements
CPL à Chatellerault (Habitat 86) : 1880 logements
CPL dans la Vienne (Saint secondin, Saulgé, La Trimouille, Le Bourg...) : plusieurs centaines apparemment

StéfanLD - le lundi 8 septembre 2008 à 16h41

Citation :
Bonjour Stéphane,

A partir de 2000, on est plusieurs milliers ! Plus sérieusement, je n'ai pas de décompte officiel mais en recoupant plusieurs informations, je pense que l'estimation est dans le bon ordre de grandeur.

CPL à angers (quartier La Roseraie) = 585 logements
CPL à Nantes (Malakoff) : 1385 logements (4150 habitants)
CPL à Dunkerque (HLM) : 800 logements
CPL à Poitiers : 2500 logements
CPL à Chatellerault (Habitat 86) : 1880 logements
CPL dans la Vienne (Saint secondin, Saulgé, La Trimouille, Le Bourg...) : plusieurs centaines apparemment


Oui, sauf que ces chiffres sont (sauf erreur) des logements raccordables et non des abonnements. Donc si on prend en compte le taux de pénétration du haut débit, sur la base des environ 6000-7000 logements recensés ici, le "plusieurs milliers" doit être dans la fourchette basse (peut-être aux alentours de 2000, ce qui fait effectivement plusieurs milliers, mais bon ça ne serait pas plus inexact de dire que c'est "plusieurs centaines" :wink.

PS : mon prénom s'écrit Stéfan et non Stéphane


Ajoutez votre commentaire


Recherchez les offres Internet disponibles chez vous

Pas de ligne ? Numéro non reconnu ?


Pour être appelé par un conseiller
A quelle période êtes-vous joignable ?
Lettre d'information