Poster un nouveau sujet Répondre au sujet

Haut débit en Charente : articles de presse



sylvana16
Je participe
Je participe


Inscrit le: 14 Sep 2005
Messages: 287
Localisation: Charente (16)

MessagePosté le: Mar 31 Mar 2009 - 09:41 Sujet du message: Haut débit en Charente : articles de presse Répondre en citant

Source : La Charente Libre
mardi 31 mars 2009
http://www.charentelibre.com/article-11-haut-debit-france-telecom-ne-comprend-pas-le-choix-du-wifi.html?id_article=263533

HAUT DÉBIT: FRANCE TÉLÉCOM «NE COMPREND» PAS LE CHOIX DU WIFI
Le choix de la technologie sans fil par le conseil général pour amener le haut débit partout en Charente continue de faire des vagues. France Télécom «ne comprend» pas ce choix


France Télécom a décroché son téléphone pour faire entendre sa voix. L'opérateur historique veut expliquer pourquoi il «ne comprend» pas le choix du conseil général de choisir la technologie wifi (sans fil) pour couvrir les zones d'ombre et faire venir le haut débit chez les 33.000 foyers charentais qui en sont encore privés (lire encadré ci-dessous). Pour Hubert Barthélémy, directeur régional Limousin Poitou-Charentes qui a vainement tenté de défendre son option: «Le conseil général risque de s'en mordre les doigts très vite. La solution retenue ne va pas apporter une réponse satisfaisante aux besoins actuels de la population en terme de services et de tarifs.»

Une offre universelle à 35 euros

Pourquoi n'est-ce pas la bonne réponse? «D'abord parce qu'il existe une offre universelle depuis le 12 janvier qui propose de l'accès haut débit à 35 euros par mois, matériel compris. Cette offre pas satellite est accessible sur 100% du territoire», souligne Hubert Barthélémy. Une offre d'un partenaire d'Orange, NorNet, qui concurrence directement l'offre wifi du conseil général et qui connaît un vrai succès depuis son lancement. Plus de 10.000 personnes sont déjà abonnées en France et «un certain nombre» en Charente, sans chiffres plus précis pour l'instant. Cette offre est toutefois «limitée» en volume à 2 gigaoctets (GO) de trafic mensuel (10.000 pages web et 2.000 courriels), ce qui restreint le téléchargement ou la consultation de vidéos.

Le triple play uniquement par ADSL

«Aujourd'hui, les usagers ne veulent plus se limiter à une simple couverture internet haut débit. Ils souhaitent également disposer du triple play, c'est-à-dire internet, téléphonie et télévision. Il n'y a que la solution ADSL qui permette de proposer ce service en zone rurale à un coût raisonnable», argumente le patron régional de France Télécom qui a «une solution»: celle qui a été proposée au conseil général dans le cadre du marché de services.

NRA zone d'ombre

NRA zone d'ombre. Derrière cette appellation technique et un peu obscure, la solution que France Télécom a tenté de défendre auprès du conseil général de la Charente. Il s'agit d'armoires de transmission qui permettent d'amplifier le signal dans les lignes téléphoniques pour offrir du 2 mégabits aux abonnés. Cette technique est testée par la commune d'Yvrac-et-Malleyrand où elle semble très bien fonctionner (• photo archives CL).

Dans le cadre du marché de service, France Télécom avait proposé d'installer des NRA zone d'ombre dont le coût par unité est d'environ 80.000 euros. «Il n'y a que la solution ADSL qui soit évolutive et en zone rurale, il n'y a pas d'autre solution», insiste Hubert Barthélémy qui rappelle que depuis 2003, France Télécom a installé dans l'intégralité de ses répartiteurs (centraux téléphoniques), dont les 126 en Charente, des Dslam, un équipement pour amplifier le transfert des données.

Fibre, pas pour l'instant

Quand on lui demande son avis sur la fibre optique que l'opposition au conseil général réclame, le patron régional de France Télécom répond: «A vision connue et à budget réaliste, la fibre, ce n'est pas la solution pour l'instant. En revanche, on peut la faire avancer par endroits. Encore une fois, il faut progresser petit à petit en sachant aussi que les technologies évoluent très vite. Ce que je dis aujourd'hui ne sera plus complètement vrai demain. Notre solution c'était une étape et c'est la seule qui est évolutive. Ce qui n'est pas le cas du wifi.»

«Pas répondu à l'appel d'offres»

La réponse du conseil général est assez simple: «France Télécom n'a pas répondu à l'appel d'offres qui visait à rendre accessible le haut débit à 100% de ceux qui en sont privés.» Quant à l'offre universelle par satellite, «elle n'a pas été proposée.»

Auteur : F. Berg

Source : La Charente Libre
mardi 31 mars 2009
http://www.charentelibre.com/article-11-haut-debit-france-telecom-ne-comprend-pas-le-choix-du-wifi.html?id_article=263533
Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sylvana16
Je participe
Je participe


Inscrit le: 14 Sep 2005
Messages: 287
Localisation: Charente (16)

MessagePosté le: Jeu 02 Avr 2009 - 15:58 Sujet du message: Le haut débit dans le canton de Villefagnan Répondre en citant

Source : La Charente Libre
jeudi 2 avril 2009

L’internet à haut débit dans tout le canton de Villefagnan en attendant mieux

Le conseil général de la Charente est venu expliquer à Lupsault le procédé wifi choisi afin que les habitants puissent bénéficier du haut débit
Tous les habitants sont desservis par le téléphone fixe mais tout le monde n’a pas l’internet haut débit (ADSL). Pour beaucoup, ce n’est que du bas débit, à La Magdeleine, Theil-Rabier ou Paizay-Naudouin par exemple. "Ce n’est pas sans conséquence, dit Isabelle Tonka-Auricoste, architecte paysager à Theil-Rabier. Mes successeurs iront dans un autre canton pour bénéficier du haut débit. Ici, recevoir un plan est possible ; l’envoyer, non." Il ne reste que la clé USB ou le CD par la poste.
La démarche wifi (technologie sans fil) du département a été exposée à Lupsault. "La compétence téléphonie et Internet relève de l’Etat, dit le conseiller général Jean-Pierre Denieul. Mais compte tenu de son désengagement, du désintérêt des opérateurs et des désagréments pour la population et les entreprises, pour plus d’équité territoriale, le conseil général a décidé d’installer un réseau wifi sur toutes les zones blanches (ceux qui n’ont rien, NDLR) et grises (ceux qui reçoivent un peu) du département. "

Faire l’inventaire des besoins dans les communes
La société Alsatis de Toulouse ouvre un bureau à Angoulême. "La technique wifi a été choisie car on peut lui faire épouser le terrain ", dit Jean-Pierre Denieul. Le coût de 4,2 millions d’euros pour le Département concerne 100% des zones blanches (5.700 lignes téléphoniques) et 90% des zones grises (24.570 lignes). Alsatis sera propriétaire du réseau que d’autres opérateurs pourront utiliser. La collectivité n’a acheté que le service, pour cinq ans. "D’ici là, la technologie aura évolué", convient Jean-Pierre Denieul.
Des antennes seront installées dans les clochers des églises, sur les chateaux d’eau, bâtiments publics, sur des poteaux de 12 mètres. L’installation d’une antenne chez l’usager sera gratuite. Ces antennes ont été présentées à Lupsault, les élus ont été surpris par leur taille discrète (quelques centimètres) et par leur rayonnement largement en-dessous des normes. "Sur de très courtes distances, nous emprunterons des tuyaux télécom classiques pour limiter le nombre de sources d’émission", disent les techniciens d’Alsatis. Pour 29,90 euros par mois, l’abonné bénéficiera d’une offre haut débit équivalente à la concurrence. Pour les professionnels, pour une différence de prix négligeable, le débit sera garanti dans les deux sens : réception et envoi de fichiers. Ce qui aurait été utile à lsabelle Tonka.
Afin de faire l’inventaire des besoins, les municipalités sont invitées à désigner un élu relais (contact 09.74.77.12.10). Le réseau sera en place dans les seize prochains mois.

Auteur : Pascal BAUDOUIN
Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sylvana16
Je participe
Je participe


Inscrit le: 14 Sep 2005
Messages: 287
Localisation: Charente (16)

MessagePosté le: Mer 08 Avr 2009 - 13:51 Sujet du message: Internet : Alsatis défend son projet Répondre en citant

Source : Journal Sud-Ouest
Mercredi 08 Avril 2009
http://www.sudouest.com/charente/actualite/article/553454/mil/4383558.html


INTERNET. La petite société Alsatis, retenue par le Conseil général pour résorber les zones d'ombre, a été vivement critiquée. Elle défend aujourd'hui son projet wi-fi devant les maires

Alsatis défend son projet

Réduire la fracture numérique, soit, mais pas n'importe comment, et pas à n'importe quel prix !

Voilà la philosophie du Conseil général, qui a privilégié les technologies wi-fi et wi-max pour apporter l'internet haut débit partout en Charente. Ce choix technologique - critiqué par le groupe de droite au Département ainsi que par la société France Télécom - a soulevé un vif débat ces dernières semaines (lire nos éditions du 19 et du 27 février). La polémique est si vive que le Conseil général et la société Alsatis ont pris leur bâton de pèlerin et battent actuellement la campagne pour défendre leur projet...

Que se dit-il lors de ces réunions ? Quels sont les enjeux de ce dossier ? Pour ceux qui auraient manqué le début, reprenons...

1) 33 000 foyers à relier et 228 antennes à poser
Fin janvier, l'équipe Boutant décidait d'investir 4,2 millions d'euros (1) dans un plan de couverture des zones d'ombre du département. Objectif : proposer, d'ici l'été 2010, une connexion internet haut débit aux 33 000 foyers qui ont un mal fou à se connecter.

Le choix s'est porté sur la petite société Alsatis, spécialiste des technologies sans fil wi-fi et wi-max. Alsatis a prévu d'installer 228 émetteurs et relais sur les châteaux d'eau, les pylônes et les bâtiments publics.

« Un plan internet, c'est bien, mais cela reste bien timide », a répliqué l'opposition, qui rêvait de fibre optique et a fustigé un choix technologique « déjà dépassé ».

2) Boutant réplique, France Télecom aussi
Aux attaques de François Bonneau, le conseiller général de Rouillac, Michel Boutant a répondu ceci : « Tout, tout de suite, cela n'est pas possible. Il s'agit de donner un peu à ceux qui n'ont rien ; un peu plus à ceux qui ont peu ; et de faire patienter ceux qui ont déjà beaucoup ». Et Jean-Pierre Denieul, le conseiller général de Jarnac chargé de ce dossier, de filer cette métaphore imagée : « Dans le désert, mieux vaut creuser un puits que d'attendre l'eau du robinet ! »

Peu de temps après, c'est Hubert Barthémély, le patron de France Télécom dans la région, qui montait au créneau : « La solution radio, wi-fi et wi-max, ne va pas apporter une réponse satisfaisante aux besoins actuels de la population, en terme de services et de tarifs ! »

Et M. Barthélémy d'expliquer que seule l'offre satellite (via la filiale NordNet) et la technologie filaire NRA étaient intéressantes. Aigreur du mauvais perdant, qui n'a pas réussi à emporter la procédure publique d'appel d'offres ? C'est possible. Reste que ces affirmations ont obligé le Conseil général et la société Alsatis à répliquer. D'où ces multiples réunions avec tous les maires. Les prochaines se déroulent aujourd'hui à Cognac, Barret et Angoulême...

3) Des arguments simples, chiffres sur table
Lundi soir, c'est à Rouillac que Jean-Pierre Denieul a détaillé les arguments du Conseil général et donné la parole à Xavier Prisker, directeur général d'Alsatis. Premier constat : les maires des petites communes (où envoyer et recevoir un courriel relève du défi) se moquent des technologies retenues. Leurs administrés sont impatients. Ils veulent l'internet. Et vite ! Que ce soit par les ondes ou par un fil !

Deuxièmement : François Bonneau, très attaché au développement de la fibre optique et à une solution filaire, n'a pas été très vindicatif. Il a juste dit que le wi-fi « passait mal » dans les secteurs vallonnés et qu'il fallait s'attendre à une levée de boucliers des citoyens effrayés par la multiplication des antennes émettrices. Enfin, il a ajouté que la solution wi-fi ne proposait pas de « triple play ». Comprenez : pas de télé numérique par internet.

Sur tous ces points, Alsatis a répondu sans langue de bois, chiffres sur table.

4) Les prix pratiqués et la question de la santé
« Oui, nous ne proposerons pas de télévision mais nous aurons du téléphone illimité pour 6,99 € TTC par mois », a répondu Xavier Prisker, qui a bien précisé que l'installation d'une antenne chez le client-usager sera offerte.

Alsatis a également détaillé ses tarifs : 29,90 € TTC par mois pour un débit maximum de 4 Mb/s (512 kb/s en débit montant).

La question de la santé a bien évidemment intéressé les maires invités. Selon Xavier Prisker, la puissance rayonnée des petits émetteurs de 1 watt qui seront installés dans les campagnes n'est guère dangereuse. Elle oscille entre 0,2 et 0,6 volts par mètre, bien en dessous du seuil légal de 61 v/m en vigueur en France.

(1) Seulement le quart de la facture sera réglé par le Département, qui sera aidé par l'Europe, l'État et la Région. Par ailleurs, Alsatis (qui restera propriétaire de son réseau) investit de son côté 2,8 millions.

Auteur : olivier Sarazin
Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sylvana16
Je participe
Je participe


Inscrit le: 14 Sep 2005
Messages: 287
Localisation: Charente (16)

MessagePosté le: Mar 13 Oct 2009 - 10:02 Sujet du message: Le département passe à l'offensive... Répondre en citant

Source : La Charente Libre
Mardi 13 octobre 2009
http://www.charentelibre.com/article-11-region-le-departement-passe-a-l-offensive-pour-l-installation-d-internet-a-haut-debit.html?id_article=291068

LE DÉPARTEMENT PASSE À L'OFFENSIVE POUR L'INSTALLATION D'INTERNET À HAUT DÉBIT

C'est parti! Chasseneuil profite depuis quelques jours du haut débit internet. Les autres secteurs de la campagne charentaise vont suivre jusqu'à juin 2010


«Les premiers abonnés sont ravis.» Jean-Pierre Barraud, le maire des Pins, se fait l'ardent propagandiste d'Alsatis (1), l'opérateur privé qui va équiper les campagnes charentaises du wifi et du wimax, ces technologies qui amènent le haut débit internet là où la fibre optique n'existe pas.

Sa voisine, Elisabeth Guimard, maire de Saint-Mary, va pouvoir en dire autant. Hier, elle a accueilli le président du conseil général de la Charente Michel Boutant qui a lancé son plan de bataille pour le haut débit en zone rurale. Première «plaque» à être desservie: le canton de Chasseneuil. Les 38 autres zones définies par Alsatis suivront (voir notre encadré).

Fin tacticien, Michel Boutant a immédiatement déminé le terrain: «Non le wimax et le wifi ne sont pas les meilleures technologies pour arriver à l'internet ultrarapide, oui la fibre optique c'est mieux. Mais à quelles conditions financières ?» Là où il faudrait 400 à 500 millions d'euros d'investissement, l'opération lancée en coûtera 7,3 millions. Dont 4,5 millions de fonds publics, cofinancés par le Département (1.027.800 euros), la Région (1.027.350 euros), l'Etat (1.027.350 euros) et l'Europe (1.417.500 euros). Le solde étant à la charge de l'opérateur privé avec lequel le Département a passé une convention. «Aucun conseil général n'a fait le choix de la fibre optique, pour les mêmes raisons, a balayé Michel Boutant. De fait, nous ne sommes pas des extra-terrestres sur ce dossier comme on voudrait le faire croire.»

De la même manière, le conseil général a évacué la question des conséquences sanitaires de l'installation des multiples antennes nécessaires à ces technologies. «Nous avons mandaté l'Apave, cabinet qui a pris des mesures ces derniers jours. Les résultats sont très en deçà des normes requises et même en deçà de ce que les pétitionnaires demandent.» Présent hier à Saint-Mary, le représentant de l'Apave a confirmé.

Chasseneuil en pole position

Le canton de Chasseneuil aujourd'hui équipé va servir de vitrine commerciale à Alsatis pour avancer. Le marché n'est pas neutre: 5.700 foyers en «zone blanche» ne reçoivent rien du tout, et 27.300 autres sont en «zone grise» avec un débit basique de 512 kilobits. Argument «choc» d'Alsatis: les 3.300 premiers abonnés - 10 % du parc potentiel - auront l'installation gratuite. L'offre peut séduire. Mais le coût de l'abonnement peut freiner les ardeurs: il se situe à 29,90 euros par mois pour le seul accès internet à 4 mégabits. Pour la télévision, il faudra se contenter de son «râteau» traditionnel. Pour le téléphone, il faudra rallonger 6,99 euros par mois. Ou conserver son opérateur historique.

Jacques Santrot, l'ancien maire de Poitiers mais toujours conseiller régional, présent hier à Saint-Mary, a avancé quelques chiffres sur la situation dans les départements voisins: 800 abonnés en Charente-Maritime pour un réseau opérationnel depuis avril 2008, pas tout à fait 500 dans les Deux-Sèvres où la guerre fait rage entre les «anti» et les «pro», 200 à peine dans la Vienne, «qui a eu quelques difficultés de commercialisation».

(1) Société toulousaine créée en 2004 (35 salariés pour 3,5 millions d'euros de chiffre d'affaires). Elle compte 617 antennes posées et 353 en commandes (Charente, Midi-Pyrénées, Ain, vallée du Rhône, région Provence-Alpes-Côte-d'Azur).

---------------------------

Trente-neuf zones à équiper jusqu'en juin 2010
Octobre 2009, la "plaque" de Chasseneuil est équipée en haut débit. En novembre, ce sera au tour de celles de Ruffec, Champagne-Mouton, Saint Claud, Angoulême, Gond-Pontouvre et Soyaux. En décembre, suivront Brossac, Baignes et Barbezieux.
En janvier 2010, viendra le tour de Villefagnan, Aigre et Confolens ouest. Puis de Montbron, Villebois-Lavalette, Aubeterre et Chalais en février. Confolens est, Chabanais et Montemboeuf seront équipées en mars. En avril, ce sera le tour de La Couronne et Montmoreau. Cognac, Segonzac,Mansle, Saint-Amant-de Boixe et La Rochefoucauld seront équipées en mai. Boucleront l'exercice en juin les zones de Blanzac, Châteauneuf, Jarnac, Hiersac et Rouillac.
_________________
avant :

depuis le 01/12/11 :
Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sylvana16
Je participe
Je participe


Inscrit le: 14 Sep 2005
Messages: 287
Localisation: Charente (16)

MessagePosté le: Mar 13 Oct 2009 - 18:43 Sujet du message: L'internet haut débit arrive dans les campagnes Répondre en citant

Source : Journal Sud-Ouest
Mardi 13 Octobre 2009
http://www.sudouest.com/charente/actualite/article/735725/mil/5226355.html

--------------------------------------------------------------------------------

CHARENTE. Le réseau wi-fi de l'opérateur Alsatis couvrira tout le département avant l'été

L'Internet haut débit arrive dans les campagnes


Réduire la fracture numérique soit, mais pas n'importe comment, et pas à n'importe quel prix ! Voilà la philosophie du Conseil général, qui a mis un million d'euros sur la table et a privilégié les technologies wi-fi et wimax pour apporter l'Internet haut débit partout en Charente.

Le président Boutant l'a rappelé hier après-midi, lors d'une réunion d'information à l'attention des élus, dans la petite commune de Saint-Mary, près de Chasseneuil et de Saint-Claud.

33 000 foyers concernés

Pourquoi Saint-Mary ? Parce que l'opérateur privé Alsatis vient d'y brancher ses premières antennes et compte déjà une douzaine de clients. Et parce que ce petit coin de Charente - charmant mais très rural, loin, très loin des autoroutes de l'information - était l'endroit idéal pour dévoiler le calendrier officiel du déploiement du réseau.

On connaît la promesse : proposer, d'ici l'été 2010, une connexion Internet satisfaisante aux 33 000 foyers oubliés par Orange, SFR, Free et les autres, là, dans les multiples zones grises et blanches du département. Rappelons que parmi ces 33 000 foyers, 27 300 ont un mal fou à télécharger des images ou de la vidéo (connexion inférieure à 2Mbit par seconde), et que 5 700 « rament » vraiment (connexion inférieure à 512 Kbit/s).

Pour tenir cette promesse, Alsatis doit installer 228 émetteurs et relais sur les châteaux d'eau, les pylônes et les bâtiments publics. La zone de Chasseneuil est la première couverte. Les hommes de l'art parlent d'ailleurs de plaque et non de zone. Suivront donc en novembre les « plaques » de l'agglomération d'Angoulême, Ruffec, Champagne-Mouton et Saint-Claud. En décembre, viendra le tour des environs de Barbezieux, Baignes et Brossac. Début 2010, les ondes d'Alsatis baigneront les secteurs de Chalais, Aubeterre, Villebois-Lavalette, Montbron, Confolens, Villefagnan et Aigre. Au printemps, Chabanais, La Rochefoucauld, Saint-Amant-de-Boixe, Montmoreau, puis tous le secteur du Cognaçais goûteront aux joies du numérique.

29,90 € TTC par mois

Pour plus de détails, on consultera le calendrier de mise en service sur www.cg16.fr (ce qui, vous l'avouerez, n'est pas très commode lorsque l'on est privé d'Internet). On préférera ouvrira le journal « Sud Ouest » de demain, où le Conseil général présentera un publi-reportage de quatre pages en couleur, avec graphiques, cartes et schémas.

Voilà pour le déploiement du réseau Alsatis, dont on a donc beaucoup parlé hier à Saint-Mary, en présence du préfet Millon et du conseiller régional Jacques Santrot (ancien maire de Poitiers). D'ailleurs, que faisaient-ils, ici, en pleine campagne ? La réponse est toute simple : l'État, la région Poitou-Charentes et même l'Europe ont aidé la Charente à financer ce projet (1).

Et le client Alsatis, que payera-t-il au final ? La facture s'élèvera à 29,90 € TTC par mois, pour un débit maximum de 4 Mb/s (512 kb/s en débit montant). Comptez 36,89 € avec le téléphone. Et oubliez la télé, peu compatible avec le wi-fi.

(1) Il n'est d'ailleurs pas inutile de détailler la facture. Le plan haut débit en Charente coûte 7,3 millions d'euros. Alsatis (qui sera propriétaire mais pas seul gestionnaire du réseau) dépense 2,8 millions. Le solde, soit 4,5 millions, est à la charge du contribuable, via l'Europe (31,5 %), le Département (22,84 %), l'État (22,83 %) et la Région (22,83 %).

Auteur : olivier sarazin
_________________
avant :

depuis le 01/12/11 :
Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sylvana16
Je participe
Je participe


Inscrit le: 14 Sep 2005
Messages: 287
Localisation: Charente (16)

MessagePosté le: Ven 30 Oct 2009 - 11:45 Sujet du message: Gond Pontouvre : 2 sites choisis pour les émetteurs ht débit Répondre en citant

Source : Journal Sud-Ouest
Vendredi 30 Octobre 2009
http://www.sudouest.com/charente/actualite/angouleme/article/753820/mil/5297650.html

--------------------------------------------------------------------------------

GOND-PONTOUVRE.

Deux sites choisis pour les émetteurs haut débit


[...]
Le haut débit

Pour que les foyers gonpoltoviens, parmi les 5 700 Charentais encore privés d'Internet haut débit, aient accès à ce service, la commune de Gond-Pontouvre vient de passer une convention avec la société Alsatis, laquelle a été retenue par le Conseil général de la Charente pour mettre en place un dispositif qui permettra de résorber les zones d'ombre de la couverture en Charente.

Le dispositif utilise un réseau hertzien faisant appel aux technologies wifi ou wimax, nécessitant la création de microémetteurs géographiquement répartis sur le territoire concerné et de faible émission d'ondes électromagnétiques.

À Gond-Pontouvre, deux sites ont été répertoriés pour ce genre d'équipement : un pylône d'éclairage du stade B du Treuil, un support électrique basse tension à Chalonne. Il a été nécessaire de rédiger une convention précaire et révocable autorisant l'installation de ce relais hertzien, en contrepartie d'une redevance annuelle d'occupation de 100 €.

[...]
_________________
avant :

depuis le 01/12/11 :
Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
happysad
Modérateur


Inscrit le: 06 Fév 2005
Messages: 5194
Localisation: Charente

MessagePosté le: Ven 30 Oct 2009 - 12:34 Sujet du message: Répondre en citant

Charente Libre du 22/10/09 :

Mettre le très haut débit dans les tuyaux c'est l'optique de Braconne-Charente

«Les opérateurs privés ne viendront jamais sur nos petits répartiteurs en zone rurale», a déclaré Christophe Ramblière, chargé des communications à la communauté de communes, à la fin du conseil qui s'est tenu mardi soirà Balzac. «C'est la raison pour laquelle nous prévoyons un réseau public, capable d'apporter le très haut débit aux sociétés qui veulent s'installer sur notre territoire, aux établissements publics, et à terme, à tous les habitants». Il présentait ainsi aux délégués l'étude en cours, confiée à «e-reso», une société spécialisée dans le service apporté dans ce domaine aux collectivités locales. Des récentes dispositions réglementaires autorisent les collectivités locales à exercer des fonctions d'opérateurs de télécommunication. Braconne-Charente était porteuse d'un projet sur son territoire. Les trois communautés de communes autour d'Angoulême, plus la commune de Mornac, ont souhaité s'y associer. L'étude s'étend donc au territoire couvert par le Scot (Schéma de cohérence territoriale) de l'Angoumois, hors Comaga déjà équipée, mais en synergie avec celle-ci. «Seule la fibre optique permettra d'accéder au très haut débit», indique Christophe Ramblière. Il s'agit en fait de remplacer les réseaux cuivre entre répartiteurs et sous-répartiteurs par des fibres optiques enterrées, ou en aérien lorsque ce mode existe encore. Plusieurs scénarios sont envisagés, assurant une couverture plus ou moins complète. La restitution finale de l'étude sera faite le 2 décembre prochain. Tous les aspects technologiques, économiques et juridiques sont compris dans l'étude. «Notre projet, rural et péri-urbain est le seul en Poitou-Charentes» affirme Christophe Ramblière. «Il est susceptible d'obtenir des aides importantes».


[Plus d'infos ici : http://www.cc-braconne-charente.fr/index-module-orki-page-view-id-1612-deploy-1.html]
_________________
5612 m / 59,2 dB ARCEP , Freebox Révolution synchro à environ 3,3 Mbps ATM
+ 4G Box Bouygues (40 Mbps descendants / 20 Mbps montants)
Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sylvana16
Je participe
Je participe


Inscrit le: 14 Sep 2005
Messages: 287
Localisation: Charente (16)

MessagePosté le: Lun 07 Déc 2009 - 11:04 Sujet du message: Saint Michel : les antennes refont des vagues Répondre en citant

Source : Journal Sud-Ouest
Lundi 07 Décembre 2009
http://www.sudouest.com/charente/actualite/angouleme/article/798998/mil/5453587.html

--------------------------------------------------------------------------------

SAINT-MICHEL.

Les antennes refont des vagues


Demain à 19 heures à la salle familiale, à la demande des riverains du château d'eau, la municipalité organise avec la société Alsatis (chargée d'installer des antennes relais Wimax, spécifiquement Internet, sur le château d'eau) une réunion d'information. Le 16 septembre, une réunion avait déjà eu lieu sur ce sujet sensible, (voir « Sud-Ouest » du 24 septembre) sans soulever de problèmes particuliers pour le public présent.

Le 27 novembre, à la demande de riverains mécontents, une nouvelle réunion avec la mairie leur a permis d'exposer les griefs liés à l'installation antérieure des antennes téléphoniques qui posent des problèmes de santé (insomnies, maux de tête, état dépressif, acouphènes, fatigue).

La municipalité a donc sollicité cette dernière réunion auprès d'Alsatis.
_________________
avant :

depuis le 01/12/11 :
Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sylvana16
Je participe
Je participe


Inscrit le: 14 Sep 2005
Messages: 287
Localisation: Charente (16)

MessagePosté le: Mer 09 Déc 2009 - 18:47 Sujet du message: Wi-Fi - Saint Michel : l'antenne de trop Répondre en citant

Source : La Charente Libre
Mercredi 9 décembre 2009

---------------

"Vous avez réveillé le dragon !" Yoann Lefebvre en a vite pris conscience. Le chef de projet pour Alsatis, chargé par le conseil général de développer le réseau wi-fi en Charente pour couvrir les zones blanches (sans internet), n'a même pas eu le temps d'exposer son projet que la quanrantaine de riverains du château d'eau de Saint-Michel lui sont tombés dessus à bras raccourcis. Aucune des explications techniques n'ont eu grâce aux yeux des opposants. "Cette antenne, on n'en veut pas", clôt Béatrice Saint-Jean quand, pourtant, le technicien précise que les émetteurs auront un rayonnement 100 fois moins important que le seuil autorisé en France. Problème, le château d'eau est déjà occupé par des antennes de téléphonie mobile, "qui nous rendent insomniaques et nous donnent des migraines".
Hier soir, dans l'espace Famille de Saint-Michel, le débat est resté dialogue de sourds.
_________________
avant :

depuis le 01/12/11 :
Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sxpert
Je suis bavard et alors ?
Je suis bavard et alors ?


Inscrit le: 25 Nov 2008
Messages: 482
Localisation: Grenoble

MessagePosté le: Jeu 10 Déc 2009 - 12:54 Sujet du message: Répondre en citant

quand les études sur 30 ans indiquent qu'il n'y a rien statistiquement...

http://jnci.oxfordjournals.org/cgi/content/abstract/djp415

on va tout droit vers une qualification de légende urbaine Wink
Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
sylvana16
Je participe
Je participe


Inscrit le: 14 Sep 2005
Messages: 287
Localisation: Charente (16)

MessagePosté le: Jeu 10 Déc 2009 - 14:23 Sujet du message: Internet : une réunion pour accéder au haut débit Répondre en citant

Source : La Charente Libre
Jeudi 10 décembre 2009

----------------------

Le Conseil Général de la Charente met en oeuvre le programme de résorption des zones d'ombre Internet haut débit. Les administrés des communes de Saint Yrieix, Gond Pontouvre, Saint Saturnin et Fléac peuvent assister aujourd'hui à 18h à une réunion d'information du fournisseur d'accès Alsatis, au château de Fléac.

Cette action, qui bénéficie de l'aide financière de l'Union Européenne, de l'Etat et de la Région Poitou-Charentes, devrait permettre à tous les Charentais situés en zone d'ombre d'accéder à un service Internet haut débit
_________________
avant :

depuis le 01/12/11 :
Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sylvana16
Je participe
Je participe


Inscrit le: 14 Sep 2005
Messages: 287
Localisation: Charente (16)

MessagePosté le: Lun 14 Déc 2009 - 14:33 Sujet du message: Wi-Fi : mauvaises ondes à Saint-Michel et Fléac Répondre en citant

Source : La Charente Libre
Lundi 14 décembre 2009
http://www.charentelibre.com/article-5-wi-fi-mauvaises-ondes-a-saint-michel-et-fleac.html?id_article=300753

------------------------------------------

WI-FI: MAUVAISES ONDES À SAINT-MICHEL ET FLÉAC
Le conseil général installe du wi-fi pour couvrir les zones blanches. A Saint-Michel, des riverains refusent une antenne de plus. Alsatis assure que leur rayonnement est 100 fois inférieur à la norme.



Insomnies. Migraines. Dépression. Acouphènes. Tachycardie. Irritabilité. Problèmes de peau. La liste est exhaustive. Elle résulte de l'enquête de voisinage faite en 2003 par Béatrice Saint-Jean. Cette infirmière voulait mesurer l'impact sur la santé des antennes GSM installées boulevard de Bretagne à Saint-Michel. «Les 40 personnes que j'ai interrogées souffraient toutes d'un de ces maux.» Alors, quand cette habitante du quartier a appris que le département voulait poser une antenne de plus sur le château d'eau qui surplombe sa maison, elle a dit non !

Le conseil général finance en ce moment, pour un budget de 4,3 millions d'euros, l'installation de 250 micro-antennes wi-fi pour permettre à la population en zone blanche d'accéder à internet en haut débit. La société toulousaine Alsatis se donne jusqu'à l'été prochain pour boucler le programme.

Mais pour Béatrice Saint-Jean, la solution choisie n'est pas la bonne. Son enquête n'a pas de valeur scientifique, mais elle révèle au moins une chose: les riverains font une allergie collective aux rayonnements électromagnétiques en tout genre et ils feront tout pour empêcher de nouvelles de nuisances. «On est vigilants», prévient André Foucher, qui vit en face du château d'eau et a déjà réussi à empêcher une première l'installation.

Mardi dernier, la réunion d'information, qui a tourné au dialogue de sourds, n'a pas permis de déminer l'affaire. Pourtant, le projet de déploiement semble raisonné. «Nous avons choisi de mettre beaucoup d'antennes pour limiter leur rayonnement électromagnétique», détaille Yoann Lefebvre, chargé du projet. Selon les données d'Alsatis, ce rayonnement sera même inférieur à ce que demandent les associations au nom du principe de précaution.

Les riverains n'ont aucune confiance

«Nous avons déjà une plate-forme en fonctionnement sur Chasseneuil et bientôt une autre entre Ruffec et Roumazières.» Mais la résistance de Saint-Michel met en péril le plan de développement sur le sud de la Comaga. «Nous avons choisi le château d'eau parce qu'il y a une source. La fibre optique arrive jusque-là.»

Mais les riverains n'en démordent pas, parce qu'ils n'ont aucune confiance en ces mesures. Jeudi soir, en conseil communautaire, Madeleine Labie, élue Verte, a proposé qu'avec les 50.000 € de redevance versée par les opérateurs GSM et wi-fi, la Comaga se dote d'appareils de mesures et fasse ainsi ses propres contrôles, qui prennent en compte le rayonnement de l'ensemble des antennes, et non pas installation par installation.

Au conseil général, Jean-Pierre Denieul, le vice-président en charge du dossier, temporise. «Nous allons réfléchir encore pour voir s'il n'existe pas une autre solution. On est sensible aux plaintes des riverains, mais notre objectif reste d'apporter le haut-débit à une population qui n'a rien

Trouver un autre lieu, c'est ce qu'a toujours préconisé Fabienne Godichaud, maire de Saint-Michel, soucieuse de la santé de ses administrés. «On va envoyer une lettre au président du conseil général pour qu'il nous reçoive.» Mais en faisant traîner les choses, elle sait qu'elle se met à dos des structures, comme le collège qui peine à faire surfer ses élèves sur internet pour cause de tuyaux trop petits.

«Partout ailleurs, le déploiement s'est bien passé», relativise Yoann Lefebvre. Partout sauf à Fléac, au village de Brénat. Catherine et Pascal Fayet ont pris les armes depuis qu'ils ont découvert un de ces micro-émetteurs très discret sur le poteau EDF en face de chez eux. «On n'a même pas été prévenus», peste le couple. Il s'est rapproché de l'association Priartem, qui se bat pour une réglementation des implantations d'antennes.

Jeudi dernier, Daniel Oberhausen, expert de l'association, a piraté la réunion d'information commerciale organisée à Fléac pour mettre de l'huile sur le feu, en rappelant que les antennes wi-fi diffusent l'onde 5 milliards de fois plus fort que sa présence à l'état naturel.

Mais à l'état naturel, l'onde wi-fi ne permet pas de récupérer ses e-mails !
_________________
avant :

depuis le 01/12/11 :
Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
prououou
J'use un clavier par semaine :-)
J'use un clavier par semaine :-)


Inscrit le: 26 Oct 2005
Messages: 18312

MessagePosté le: Lun 14 Déc 2009 - 15:05 Sujet du message: Répondre en citant

Une fois de plus il est confirmé que ce sont les antennes qui sont cause de cette "allergie", et non les ondes qu'elles sont censées émettre ..... Surprised
_________________

Aide-toi, le ciel t'aidera
. (Jean de la Fontaine)
Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sxpert
Je suis bavard et alors ?
Je suis bavard et alors ?


Inscrit le: 25 Nov 2008
Messages: 482
Localisation: Grenoble

MessagePosté le: Lun 14 Déc 2009 - 19:35 Sujet du message: Répondre en citant

prououou a écrit:
Une fois de plus il est confirmé que ce sont les antennes qui sont cause de cette "allergie", et non les ondes qu'elles sont censées émettre ..... Surprised


faut leur mettre une pelle et une pioche dans les mains, et leur faire creuser les tranchées pour poser la fibre, comme font mes potes de l'université d'Abidjan en Côte d'Ivoire (parce qu'eux ils n'ont pas d'argent pour une pelleteuse)...
ca les fera réfléchir ces [modéré]
_________________
si vous etes confrontés à un accès internet lamentable, la Fédération France Wireless peut vous aider...
contactez nous:
http://www.wireless-fr.org/article.php3?id_article=32
Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
sylvana16
Je participe
Je participe


Inscrit le: 14 Sep 2005
Messages: 287
Localisation: Charente (16)

MessagePosté le: Mar 15 Déc 2009 - 12:25 Sujet du message: Saint-Michel : Eclats sur les ondes Répondre en citant

Source : Journal Sud-Ouest
Mardi 15 Décembre 2009
http://www.sudouest.com/charente/actualite/angouleme/article/807176/mil/5489793.html

--------------------------------------------------------------------------------

SAINT-MICHEL.

Éclats sur les ondes


« C'est simple, nous ne voulons pas de cette antenne ! » Emmenée par Béatrice Saintjean, la quarantaine de personnes (riveraines du château d'eau) présentes mardi 8 décembre à la troisième réunion sur l'installation d'une antenne par la société Alsatis ont tous dit leur opposition farouche à toute installation.

Le chef de projet d'Alsatis, Yoann Lefebvre, et le directeur adjoint des services du Conseil général, Jean-Luc Estournes ont dû faire face à des riverains traumatisés par les antennes déjà installées sur le château d'eau par les compagnies téléphoniques.

Bien qu'Alsatis ait proposé de démonter son antenne si la réglementation n'était pas respectée et que le Conseil général se soit engagé sur des mesures avant et après l'installation, rien n'a pu infléchir le raisonnement étayé de multiples exemples de malaises ressentis par les riverains. « Un total dialogue de sourds, vous ne parlez pas de la même chose ! » a lâché l'un des nombreux élus présents.
_________________
avant :

depuis le 01/12/11 :
Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
   Index -> Haut Débit -> Territoires -> Charente (16)


Poster un nouveau sujet Répondre au sujet

1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivante


phpBB © 2001, 2005 phpBB Group - Traduction par : phpBB-fr.com